Trois axes prioritaires pour la vie régionale

1. “L’annonce d’abord” : Nous voulons soulager et dépolluer autant que possible le travail des Églises locales des contraintes et des questions secondes (administratives, techniques, immobilières, juridique, financières, communication… etc.) qui pèsent sur elles et qui les détournent de leur mission centrale : l’annonce de l’Évangile. 2. “Choisir de grandir” : Nous souhaitons développer une démarche régionale volontariste de création de nouvelles implantations et de soutien à la croissance des Églises locales qui n’ont pas encore la masse critique notamment en aidant la mise en œuvre de projets missionnaires novateurs (présence sur le web, bassins démographiques nouveaux, églises impactées par le Grand Paris, synergies entre églises locales… etc.) 3. “Prendre soin du lien fraternel” : Nous voulons travailler au renforcement d’une estime réciproque pour rendre possible une synergie et un soutien mutuel qui fasse de la diversité théologique et spirituelle une richesse et un point fort de notre Église.

A. « L’annonce d’abord »

Pour leur permettre de se concentrer sur la priorité de l’annonce de l’Évangile, le Conseil Régional s’est demandé comment il pourrait enlever des obstacles (administratifs, financiers, immobiliers, etc.) qui encombrent la vie des Eglises Locales ? Comment mettre en œuvre une solidarité région-EL et entre les Eglises Locales ? Comment donner du sens à ce que nous faisons ? Comment réussir à changer l’état d’esprit ? L’Annonce d’abord constitue une priorité qui nécessite un changement de paradigme pour promouvoir l’esprit d’annonce plutôt que l’esprit de gestion.

Le Conseil Régional veut essayer d’amener les Eglises Locales à apprendre à oser pour sortir des sentiers battus, oser solliciter, témoigner, s’intéresser mutuellement les uns aux autres, rechercher les richesses de l’autre, prendre sa chance (et non prendre un risque). Il nous faut libérer l’Église de ses habitudes pour qu’elle innove, délivrer l’Église de l’état d’esprit gestionnaire (oser sortir de l’existant, quitter la peur de disparaître) pour dépasser le pensable (on ne se restreint pas à ce que nous sommes déjà).

Le Conseil Régional veut valoriser l’expérience des Eglises Locales et encourager les partages en favorisant les rencontres et les collaborations. Par des invitations réciproques entre Eglises Locales, des rencontres de présidents et de trésoriers, des rencontres en consistoires, nous pouvons renforcer le sentiment d’appartenir à la même famille.

Le Conseil Régional souhaite également apporter une aide technique et pratique à la stratégie et à la gestion de projet pour aider les Eglises Locales à avoir une démarche de « projet d’Église missionnaire » plutôt qu’une approche de gestion.

Tout cela demande d’œuvrer à la formation des responsables de notre Église et notamment des conseillers presbytéraux pour apprendre à dire ce qui nous anime, formation tournée vers l’annonce. Le Conseil Régional souhaite reconstituer une équipe régionale de formation et proposer des formations décentralisées.

B. « Choisir de grandir »

La Mission de l’Église telle qu’elle est décrite dans la Charte élaborée par le SN de Mazamet (juin 2022) encourage fortement le Conseil Régional dans sa vision. La dynamique « Choisir de grandir » s’inscrit entièrement dans cette belle perspective qui trouve sa source dans le mouvement « Église de Témoins » qui a marqué la naissance de l’EPUdF. Elle appelle un changement de mentalité pour porter un regard positif sur notre Église et ses capacités à innover et entreprendre pour grandir. Dans cet Esprit, le Conseil Régional a choisi de distinguer ce qui relève de la logique de projet (avec un début, un processus et une fin) et ce qui relève des missions structurelles et permanentes que notre Église doit mener.

Ainsi, la jeunesse, le scoutisme et la catéchèse, la nécessité permanente de se former (notamment à la mission et au témoignage) et celle tout aussi importante d’apprendre à communiquer mieux font partie des missions structurelles de notre Église et appellent un engagement constant de la Région.

De l’autre côté, le Conseil Régional a initié ou accompagné un certain nombre de chantiers missionnaires notamment autour de la présence de l’Église sur le net (projet « E-glise » et formations régionales sur le web), de la dynamisation des Eglises Locales par le compagnonnage et le soutien mutuel entre Eglises Locales, de ce que nous avons appelé des « Groupements d’Intérêts Communs » (GIC) qui rassemblent des Eglises Locales concernées par une même question tel le Grand Paris ou le plateau de Saclay. Il est parfois nécessaire d’aider les EglisesLocales à avoir la sagesse d’arrêter, de rassembler et de regrouper ce qui doit l’être. Mais il devrait être également possible de penser à de nouvelles implantations dans notre région (Étampes, Plaine de France, Poissy, Serris…) Dans les deux cas, il n’est pas envisagé d’imposer une décision venue « d’en haut » mais d’accompagner la réflexion et les projets au plus près des réalités locales en dégageant les moyens humains et financiers nécessaires pour libérer les énergies et ouvrir les possibles. Dans ce sens, le soutien du fonds « Choisir de Grandir » allié aux moyens financiers importants apportés par la Fondation FLAM offrent une sérénité et une grande liberté dans les projets missionnaires que nous portons.

C. « Prendre soin du lien fraternel »

Le Conseil Régional est conscient de l’existence de tensions entre certaines Eglises locales, certains ministres et au sein de certaines églises locales. Comment dénouer les nœuds entre Eglises Locales et ministres de sensibilité différente ? Comment habiter notre fonctionnement presbytérien-synodal en évitant les deux écueils d’un certain congrégationalisme et d’une tentation centralisatrice ? Comment aider les Eglises Locales à prendre conscience que la Cible est une mise en commun de moyens, fruit d’une décision collective du Synode et signe d’un lien fraternel, et non un impôt confiscatoire ? Comment sortir des problèmes d’exclusion de certains, parfois de refus de parler à l’autre, de rejet de la personne, et non d’échanges sur les idées ? Comment assurer la reconnaissance mutuelle de la légitimité de chacun au sein de notre Église ? Comment réparer l’humiliation et renouer avec les personnes blessées ?

Pour le Conseil Régional l’enjeu est autant ecclésiologique que relationnel. Il est nécessaire de mener une discussion sur le fond de la compréhension théologique et spirituelle du fonctionnement de notre Église autant que des lieux de parole et de réparation des liens blessés. Les visites du Conseil Régional, les consistoires, les services régionaux, les pastorales, les synodes, les formations régionales et interrégionales, nos outils de communication (site web, newsletter, Paroles Protestantes, Fréquence Protestante…etc.) sont autant de lieux de partage et de construction d’un lien fraternel fort et d’une reconnaissance mutuelle respectueuse de la diversité théologique fondatrice de notre Église.