Mission web

Le chargé de mission régionale web, Emile BARBU, vous invite à réfléchir à votre visibilité sur le net :
Quelle présence pour les Eglises locales sur le web aujourd’hui ?

Quand je pense à la présence des paroisses sur le web, je distingue en général deux types de présence complémentaire : la présence passive et la présence active. Attardons nous aujourd’hui sur la présence passive.

Celle-ci consiste à être visible pour ceux qui nous cherchent, c’est en quelque sorte attendre dans nos murs que les personnes franchissent le pas de notre porte. N’y voyez ici aucun jugement de valeur. J’aime la préoccupation qui anime notre église de ne pas s’imposer à l’autre par un prosélytisme agressif qui prendrait en otage son interlocuteur. Cependant, pour que cela soit bien une présence et pas une absence, il faut que nos portes et nos devantures soient visibles et lisibles pour celui qui nous cherche. Oubliez internet quelques instants et pensez à la devanture de vos temples. Peut-on les voir ? Que peut-on y lire ?

“Eglise Protestante Unie de France” ? Effectivement c’est nous ! Mais il faut bien être conscient que la grande majorité de nos concitoyens ne connaissent absolument l’EPUdF et ont une idée très vague de ce que sont les protestants. Je baigne dans l’église depuis tout petit et cela me demande toujours un effort conséquent pour prendre conscience du fossé de culture religieuse qui me sépare des gens “normaux” (pardon). Si nous attendons des gens qu’ils cherchent les protestants spécifiquement, nous risquons d’attendre longtemps. Nous sommes peu cherchés, ni encore moins attendus. Mais peut-être est-ce une opportunité ? N’étant pas attendus, l’occasion est belle pour créer la surprise… une bonne surprise !

Peut-être peut-on lire sur nos devantures “Communion luthéro-réformée” ? Effectivement c’est notre histoire ! Mais qui la connait ? A qui cette référence est-elle adressée ? Pensez-vous vraiment qu’une personne se retournera dans la rue en s’exclamant “Depuis tout ce temps que je recherche une communion luthéro-réformée ! Enfin !” ? Cette information n’est utile et pertinente que pour l’intérieur, mais pas pour l’extérieur (en tout cas pas seule sans explication).

Je crois fermement que beaucoup de gens cherchent les paroisses de l’EPUdF sans connaître ni l’EPUDF, ni les réformés, ni les luthériens, ni même le protestantisme. Ils nous cherchent sans nous chercher ! Et, si nous voulons que l’offre rencontre la demande, il faut leur parler dans leur langage et être conscient de nos forces.

Prenons un exemple de la vie courante. Hier, j’ai acheté un nouveau smartphone, il est formidable ! Tellement formidable que je veux passer le mot à mes amis ! Je leur dirai donc “Si vous voulez acheter un nouveau smartphone, achetez celui-ci, il est super !”

C’est bien beau de me répandre en superlatifs, mais si je veux convaincre mes amis de l’acheter, il va bien falloir que je donne des arguments objectifs qui rendent ce smartphone unique! 

Ne nous racontons pas d’histoire, le meilleur smartphone du monde n’existe pas. Il existe bon nombre de très bons smartphones qui correspondent à des attentes et des usages différents. Vous ne convaincrez personne d’acheter votre smartphone si vous avancez des fonctionnalités banales à tous les smartphones telles que “il peut téléphoner”.

Vous ne convaincrez pas non plus en utilisant des arguments techniques obscures qui ne parlent pas telles que “il à un super processeur BackBoost Power 3000”.

Et vous ? Qu’est-ce qui caractérise vos paroisses ? Qu’est-ce qui les singularisent ? Qu’avez-vous à offrir que les autres paroisses n’offrent pas ? Si nous n’avons rien de spécifique à offrir alors pourquoi devons-nous encore exister ? 

Chaque paroisse aura, j’en suis sûr, une réponse différente à ces questions. C’est tant mieux car toutes les paroisses de notre église sont différentes. C’est ce qui fait sa beauté et même, à mon sens, sa singularité. Ce goût de la liberté qui offre à tous l’accueil et le respect de l’altérité sans aucune réserve. C’est en tout cas ce qui fait qu’aujourd’hui, j’ai posé mes valises ici, au sein de l’EPUdF, et que je m’y sens chez moi.

Revenons à Internet. Le web n’est que le moyen d’avoir une meilleure présence passive. Une devanture visible depuis tout le quartier, la ville, le département ou même depuis l’espace si c’est votre ambition. Le tout, sans défigurer le paysage au risque de se mettre l’urbanisme à dos ! Mais aussi grosse et visible soit la devanture, si elle n’est pas lisible et pertinente pour le public que vous cherchez à toucher, alors tous les efforts déployés seront vains.

C’est aussi pour ça que je peux vous aider ! Utiliser mon regard extérieur pour vous aider à discerner les angles morts de votre communication peut vous être, je pense, très utile. Mon travail au sein de la région ne consiste pas simplement à apporter un conseil technique mais à accompagner le développement dans chaque paroisse d’un projet missionnaire sur le web. J’aime notre église pour sa diversité. J’ai accepté ce travail à la région justement car il ne s’agit pas de faire descendre un modèle unique sur chaque paroisse pour les formater à une vision unique. Je suis là pour voir du paysage théologique et ecclésiologique, ne m’enfermez pas dans un rôle purement technique, sinon je ne serais pas en mesure de faire le travail pour lequel j’ai été embauché et même… appelé !

Alors quand je viendrai vous visiter, n’oubliez jamais que, sous mes apparences de technicien internet, il y a un petit cœur bat et qu’il ne demande qu’à vous aider !

Emile BARBU